Câbles d’acier résistants à la rotation et antigiratoires

Les cables resistants a la rotation peuvent etre divises en 3 categories :


Classe III Resistant au tournoiement 2-couches (8 à 10 torons extérieurs) P.ex. Python® Multi

Classe II Resistant à la
rotation 2-couches
(11 à 13 torons extérieurs) P.ex. Python® Compac® 18

Classe I Antigiratoire 3-couches
(14 ou plus de torons extérieurs) P.ex. Python® Compac® 35

 

La caractéristique de ces câbles d’acier est que la couche extérieure est tournée dans le sens opposé des couches internes. Le fait quelque peu déroutant est que beaucoup de constructions à 8-, 9- et 10 torons ne sont PAS tournées dans la direction opposée et ces câbles ne sont PAS résistant au tournoiement; de plus, au regard inexpérimenté ces câbles ressemblent fortement aux variantes résistant au tournoiement. Ces câbles ainsi que les câbles à 6 torons vont tourner violemment et se dérouler sous charge, quand une extrémité est laissée libre de tourner. Ils peuvent également développer une perte significative de force de rupture et une plus grande perte dans leur caractéristiques de longévité relative à la fatigue (fatigue due à la torsion).

Afin d’obtenir un degré de résistance à la tendance d’un câble de tourner et de se dérouler sous charge,tous ces types de câbles (à l’exception de ceux a 4 torons) sont construits avec 2 couches ou plus de torons tournés en sens inverse (voir image à droite).

Les câbles à 2 couches ont une plus grande tendance à tournoyer que les câbles à 3 couches (p.ex. classe 34 x 7). De plus, les câble à 2 couches résistante au tournoiement et résistant à la rotation ne vont développer qu’environ 55 à 75 % de leur force de rupture lorsqu’ils peuvent tourner librement. Ce nombre augmente jusqu’à 95 à 100 % pour les câbles antigiratoires à 3 couches.

Un autre facteur important que les types de câble à 2 couches, résistant à la rotation et les câbles à 2 couches résistant au tournoiement ont démontré est qu’il se brisent de l’intérieur. Les 8 (p.ex. résistant au tournoiement 8×25) ou les 12 torons externes (19×7, 19×19, Compac® 18) n’arrivent pas à distribuer les forces radiales de façon égale de part le croisement internes des torons (ce croisement rendant le câble résistant au tournoiement ou à la rotation) il en résulte de sévères encoches ayant pour conséquence une fracture prématurée de l’âme du câble (à moins que l’âme ne soit enrobé de plastique, p.ex. Python® Multi). Des défaillances imprévues et soudaines pourraient en résulter. Par ailleurs, les câbles à 2 couches résistants au tournoiement ou à la rotation ne satisfont que des exigences de résistance de rotation faible à modérée.

Les constructions de câbles à 3 couches (p.ex. Compac® 35) ont plus de torons externes qui distribuent mieux les pressions radiales sur les torons internes à sens inversé. Ces câbles devraient être sélectionnés pour les plus grandes grues mobiles et TOUTES les grues à tour.

Lorsque sous charge, tout câble d’acier va subir une torsion, c’est-à-dire qu’il aura tendance à :

• se décommettre (dérouler) à moins que les deux extrémités du câble soient attachées pour éviter la rotation.
• Provoquer un câblage de moufle et à faire enrouler les brins de ligne (voir image A).

 

Exemple de construction à 2 couches résistant à la rotation avec 12 torons extérieurs (19×7).

 

Image A